Enseignement des mathématiques

L’équipe de mathématiques :

  • M.BAURE
  • Mme BOUAZZAOUI
  •  Mme DAILLY
  • M. LOGHMARI
  • M.NOELL  (coordonnateur)

                             Travail  de l’équipe de professeurs :

1 Livre

Livre choisi : Transmath Nathan pour tous les niveaux + livres numériques (Transmath et parfois Sésamath).

2 Travail en cycle 3 :

Dans la continuité des cycles précédents, le cycle 3 assure la poursuite du développement des six compétences majeures des mathématiques : chercher, modéliser, représenter, calculer, raisonner et communiquer. La résolution de problèmes constitue le critère principal de la maîtrise des connaissances dans tous les domaines des mathématiques, mais elle est également le moyen d’en assurer une appropriation qui en garantit le sens. Si la modélisation algébrique relève avant tout du cycle 4 et du lycée, la résolution de problèmes permet déjà de montrer comment des notions mathématiques peuvent être des outils pertinents pour résoudre certaines situations.

Les situations sur lesquelles portent les problèmes sont, le plus souvent, issues d’autres enseignements, de la vie de classe ou de la vie courante. Les élèves fréquentent également des problèmes issus d’un contexte interne aux mathématiques. La mise en perspective historique de certaines connaissances (numération de position, apparition des nombres décimaux, du système métrique, etc.) contribue à enrichir la culture scientifique des élèves. On veille aussi à proposer aux élèves des problèmes pour apprendre à chercher qui ne soient pas directement reliés à la notion en cours d’étude, qui ne comportent pas forcément une seule solution, qui ne se résolvent pas uniquement avec une ou plusieurs opérations mais par un raisonnement et des recherches par tâtonnements.

Le cycle 3 vise à approfondir des notions mathématiques abordées au cycle 2, à en étendre le domaine d’étude, à consolider l’automatisation des techniques écrites de calcul introduites précédemment (addition, soustraction et multiplication) ainsi que les résultats et procédures de calcul mental du cycle 2, mais aussi à construire de nouvelles techniques de calcul écrites (division) et mentales, enfin à introduire des notions nouvelles comme les nombres décimaux, la proportionnalité ou l’étude de nouvelles grandeurs (aire, volume, angle notamment).

Les activités géométriques pratiquées au cycle 3 s’inscrivent dans la continuité de celles fréquentées au cycle 2. Elles s’en distinguent par une part plus grande accordée au raisonnement et à l’argumentation qui complètent la perception et l’usage des instruments. Elles sont aussi une occasion de fréquenter de nouvelles représentations de l’espace (patrons, perspectives, vues de face, de côté, de dessus…).

En complément de l’usage du papier, du crayon et de la manipulation d’objets concrets, les outils numériques sont progressivement introduits. Ainsi, l’usage de logiciels de calcul et de numération permet d’approfondir les connaissances des propriétés des nombres et des opérations comme d’accroitre la maitrise de certaines techniques de calculs. De même, des activités géométriques peuvent être l’occasion d’amener les élèves à utiliser différents supports de travail : papier et crayon, mais aussi logiciels de géométrie dynamique, d’initiation à la programmation ou logiciels de visualisation de cartes, de plans. 

Pour faire un bilan du travail commencé en CM1, poursuivi en CM2 et finalisé en 6ème, l’équipe de mathématiques organise, chaque année, un devoir commun permettant aux élèves et aux familles de savoir où chacun se situe, en fin de cycle 3.

 

3 Travail en cycle 4 :

Au cycle 4, l’élève développe son intuition en passant d’un mode de représentation à un autre : numérique, graphique, algébrique, géométrique, etc. Ces changements de registre sont favorisés par l’usage de logiciels polyvalents tels que le tableur ou les logiciels de géométrie dynamique. L’utilisation du tableur et de la calculatrice est nécessaire pour gérer des données réelles et permet d’inscrire l’activité mathématique dans les domaines 3, 4 et 5 du socle.

L’enseignement de l’informatique au cycle 4 n’a pas pour objectif de former des élèves experts, mais de leur apporter des clés de décryptage d’un monde numérique en évolution constante. Il permet d’acquérir des méthodes qui construisent la pensée algorithmique et développe des compétences dans la représentation de l’information et de son traitement, la résolution de problèmes, le contrôle des résultats. Il est également l’occasion de mettre en place des modalités d’enseignement fondées sur une pédagogie de projet, active et collaborative. Pour donner du sens aux apprentissages et valoriser le travail des élèves, cet enseignement doit se traduire par la réalisation de productions collectives (programme, application, animation, sites, etc.) dans le cadre d’activités de création numérique, au cours desquelles les élèves développent leur autonomie, mais aussi le sens du travail collaboratif.

La pratique des mathématiques, en particulier les activités de recherche, amène les élèves à travailler sur des notions ou des objets mathématiques dont la maîtrise n’est pas attendue en fin de troisième (par exemple, irrationalité de certains nombres, caractéristiques de dispersion d’une série statistique autres que l’étendue, modélisation de phénomènes aléatoires, calculs de distances astronomiques, droites remarquables dans un triangle, travail sur les puissances et capacité de stockage) ; c’est aussi l’occasion d’enrichir leur culture scientifique. 

 L’équipe de mathématiques a décidé de mettre en place, outre le brevet blanc de 3ème, en fin de cycle, des devoirs communs en 5ème ( début du cycle 4 ) et en 4ème ( en milieu de cycle).

 4  Concours

 Les professeurs de mathématiques sont investis dans la préparation du rallye mathématique en 6ème, chaque année.  

 Lors de la semaine des mathématiques, un concours d’énigmes est mis en place, ainsi que les concours Calculatice et Tquiz en 6ème .

Les élèves peuvent aussi participer à des concours de cryptographie (concours Alkindi) ou de programmation( Algorea/Castor Informatique)

Travail avec les TICE

Les professeurs de mathématiques initient les élèves au travail sur le tableur (réalisation de diagrammes, compréhension de formules), leur permettent de faire des constructions et des conjectures, avec le logiciel Geogebra (2D) ou de visualiser des situations spatiales avec  Geogebra 3D.

Ils mettent en place , de manière régulière, un travail d’initiation à la programmation, avec le logiciel Scratch2.

Les élèves

1 Il est demandé  à chaque  élève :

  • une révision des cours et des exercices, chaque soir
  •  de faire régulièrement les exercices demandés, sur le cahier ou notés (devoirs à la maison, éventuellement supplémentaires, problèmes ouverts, travaux sur ordinateur avec le logiciel demandé…).
  • de bien préparer les contrôles (refaire les exercices, entraînement en autonomie , avec les exercices corrigés du livre)
  • d’apporter à chaque séance le matériel (règle, équerre, compas, rapporteur, calculatrice)

2 Labomep : ce site permet de s’entraîner lors de séances obligatoires ou facultatives, à la maison ou en classe.

3 Problèmes et énigmes: un entraînement régulier permet de s’améliorer dans la résolution de problèmes.

Liens :

Labomep : http://www.labomep.net

Geogebra: http://www.geogebra.org

Scratch2 : https://scratch.mit.edu/scratch2download/

Algoblocs : http://algoblocs.fr/

Programmes :

Programmes pour le cycle 3 (6e)

Programmes pour le cycle 4 (5e à 3e)

Photo d’en-tête par geralt via Pixabay