Concours de sculptures la fondation PAAL

 
La fondation d’entreprise PAAL, société qui produit des éléments de structure en aluminium pour l’architecture, a proposé avant Noël au collèges volontaires de participer a un concours de sculptures. Il s’agissait de fabriquer, en utilisant uniquement de l’aluminium fourni par la société (à partir des chutes de ce qu’elle produit), des oeuvres sur le thème “on n’est rien sans les autres”.
Deux classes du collège ont été inscrites, les 3e6 et les 6e1, dans le cadre du tutorat 3e-6e, afin de rester dans cet esprit de solidarité insufflé par le règlement du concours. Les élèves ont été repartis en neuf groupes, selon les idées qu’ils ont proposées pour la réalisation des sculptures, et une fois les pièces commandées et reçues, se sont attelés à la fabrication des oeuvres.
Cette étape a été assez longue et souvent difficile, il leur a fallu parfois réviser leur idée pour la rendre réalisable, ou résoudre des problèmes techniques délicats de fixation et d’équilibre. Mais, assistés par M. Belkhadem, Mme Boyer et Mme Cerna, ils sont finalement venus à  bout des difficultés et ont pu présenter leurs travaux pour la séance de remise de prix qui a eu lieu mardi 21 mai au collège Don Bosco à Nice.
 
Ils ont expliqué à l’oral leur démarche et le résultat de leur travail devant un parterre de collégiens et un jury de professionnels, regroupant des industriels,des artistes et même un ancien inspecteur académique. De quoi les impressionner!
A  l’issue de cette présentation les élèves de Daudet sont rentrés les bras chargés de récompenses puisqu’ils ont remporté 4 prix sur les 7 pour lesquels ils concourraient : le prix de la meilleure réalisation, celui des la meilleure créativité, celui de la meilleure performance et le coup de coeur de la Fondation.
Ces quatre récompenses leur permettent de prétendre au grand trophée de la fondation PAAL qui sera remis le 13 juin lors de la soirée d’anniversaire des 60 ans de la Fondation.
 
 
 
Monde : Mimoun, Deniel, Hind et Bruna (prix de la meilleure réalisation) > cinq personnages symboliques (5 continents, 5 doigts de la main…) portent le globe terrestre, qui serait trop lourd pour un seul. L’occasion de parler d’environnement et de solidarité.

Oiseau : Clara, Antonella et Lauretta (prix de la meilleure créativité) > au sol, c’est le chaos, chaque élément ne pense qu’a lui-même, mais s’ils s’assemblent, alors ils peuvent atteindre la beauté et la force, l’Union leur permet de se surpasser et de dépasser leurs limites, symbolisées par le cadre dont l’oiseau sort (les couleurs font bien sûr référence aux valeurs de liberté, égalité et fraternité de la France)

 

Point de Vue : Nermine, Sofia, Sarah B, Maxim, Youssef et Gabriele (prix de la meilleure performance et coup de coeur de la fondation) > chaque élément de l’oeuvre est différent et semble isolé. Mais si on adopte un point de vue particulier (indiqué par les yeux dorés), alors on se rend compte que tous ces éléments “lus” ensemble forment le mot “NOUS”. Ce qui paraît ne pas avoir de sens en trouve un quand les éléments s’assemblent.

Entourer : Wiem, Lila, Sarah M, Cherine et Yasmine N.

> une multitude de petits coeurs, assemblés les uns aux autres, forment un coeur géant au milieu duquel se trouve un petit coeur vert isolé. Ce petit coeur symbolise aussi bien une personne en difficulté que l planète (d’où sa couleur), et il est protégé par la chaîne de solidarité formée par les autres petits coeurs, comme une cotte de maille protège le chevalier des blessures. L’occasion pour les élèves d’évoquer des problématiques telles que le harcèlement scolaire ou la protection de l’environnement.
 
 
Bateau : André, Ansar, Adam, Taha, Ridwane et Rami.
> trois bateaux vont devoir affronter une immense vague symbolisant les difficultés de la vie. Le premier, plus petit, est rouge pour symboliser l’échec, la difficulté, la colère, la solitude. Il ne porte qu’un marin. Le second est vert, porteur d’espoir, car un second marin a rejoint le premier et va l’aider
 Enfin, le dernier bateau, plus grand, plus solide, porte trois marins qui, ensembles, vont réussir a surmonter ce tsunami, d’où la couleur jaune symbolisant la joie et la réussite.
 
 
Message : Sarah O, Bouchra, Nawel, Viktoria, Vladislav et Sonya.
> plusieurs minuscules personnages se sont unis pour former un grand personnage et parvenir à escalader le mur qui se dresse devant eux. Ils peuvent alors crier à ceux qui se trouvent de l’autre côté, au monde rentier, ce message :” ensemble on est plus fort”.
 

Constellations : Elora, Madison, Amandine, Rémi, Noah et Manu. > plusieurs étoiles sont reliées et forment une constellation qui représente le “réseau” personnel de chacun, c’est-à-dire ses amis, sa famille, ses proches, grâce à qui il ne se sent pas seul. L’étoile du centre représente cette personne, et elle ne tient que parce qu’elle est reliée aux autres par de fins fils d’aluminium. Si ces liens d’amitié se défont, elle chutera.

Pont : Erica, Yasmine, Sondes, Mariam, Vasiliki et Maylis.
> ce pont blanc, symbole de paix, est formé de trois mains qui se joignent pour symboliser la solidarité et l’entraide. Le fleuve agité que ce pont traverse représente les difficultés, tout ce qui peut nous perturber dans la vie. Le pont permet de surmonter cela, mais aussi de relier des rives opposées (en vert dans la sculpture), car la paix nécessite l’union entre les peuples.
Interactif : Nassim, Mendy, Rayan, Yasmine G, Lina et Marwa.
> cette oeuvre est constituée de deux personnages et est une oeuvre mobile. Le grand personnage coloré symbolise la joie et la force. Le petit personnage blanc est seul, faible et triste. Au départ il est renversé, la tête en bas, mais par un système de pivot, le spectateur est invité à le faire remonter, aidant ainsi le grand à le porter à bout de bras. Cette assistance du spectateur est nécessaire pour montrer qu’ensemble, on arrive à tout. Une fois le petit personnage dans la bonne position, une lumière dans sa tête s’allume et le coeur qu’il porte devient lisible.